AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
damn.
saluut

 :: MY WAY. :: SUPERTHUMB
blissful misery ๑ iain
// Lun 5 Juin - 13:22
i walk up plain and put my coat on

_________________
Messages : 146
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/01/2017
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://astronaut.forumactif.com
// Mar 13 Juin - 10:00

ari stapran leff



_________________


Dernière édition par Austin le Sam 16 Juin - 14:48, édité 1 fois
Messages : 146
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/01/2017
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://astronaut.forumactif.com
// Jeu 15 Juin - 21:58
blissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Tumblr_n9t5qiTBo91txr9tuo1_r1_500blissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Largeblissful misery ๑ iain Large

_________________
Messages : 146
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/01/2017
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://astronaut.forumactif.com
// Dim 25 Juin - 22:38
blissful misery ๑ iain Tumblr_static_tumblr_static__640

_________________
Messages : 146
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/01/2017
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://astronaut.forumactif.com
// Lun 26 Juin - 22:10
ton corps me manque. ta présence, ton sourire, tes tics de langage. te toucher, te caresser, te frotter, te masturber, te baiser; ton être entier me manque à m'en faire hurler. mon coeur plonge, ton absence me pèse. je te cherche désespérément dans mes mains, entre mes bras, contre moi, avec moi, sur le canapé, sur le lit. sans même m'en rendre compte, je t'oubliais dans les yeux d'un autre, dans le lit d'un autre. Comme si j'allais me passer de toi, comme si ça m'arrêterait, d'une manière ou d'une autre, de t'aimer, t'aimer comme un fou. Aimer à m'en perdre sous de simples caresses, ce n'était pas l'même toucher que l'tien. il était violent, sans attention, sans tendresse. Seul le désir guidait ses doigts sur mon corps tandis que je me désillusionnais en repensant à toi, en t'imaginant à sa place. Ton regard passionné, ton corps suant, le souffle coupé court par nos baisers aimants et langoureux. Rien, en lui, ne te ressemble, et j'm'en persuade pour ne pas avoir à siroter ma détresse, causée par l'arrachement de ta présence à ma vie.

_________________
Messages : 146
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/01/2017
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://astronaut.forumactif.com
// Ven 21 Juil - 22:08
la frustration se sentait dans ses cordes, d'autant plus qu'elles résonnaient jusqu'au fin fond de leur coeur. la magie provoquée par l'accélération du jeu de son homme le saisit au point où il en perdit ses mots. l'effet produit par l'enchaînement des bariolages, du legato et des notes en arpège fit frissonner son coeur, et l'anglais fut pris d'une soudaine sensation d'endormissement mais surtout, d'apaisement.

_________________
Messages : 146
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/01/2017
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://astronaut.forumactif.com
// Ven 18 Aoû - 21:32
Les bleus que présentait le corps de Thomston étaient déjà annonciateurs de leur futur.
Ils n'avaient plus rien pour l'autre. Ce n'était ni un mensonge, ni un rêve. C'était un fait. Et Thom était le premier à s'en douter. Allen, indifférent, continuait sa routine sans son amant, qu'il fréquentait de moins en moins. En mal d'amour, le brun, lui, commençait à traîner dans les bars, tard dans la nuit, de peur de retourner dans un appartement vide et froid, signe de leur rupture silencieuse.

Ce qu'ils ne réalisaient pas, c'est qu'il y avait ce quelque chose de fascinant et de passionnel dans cette relation qu'ils étaient incapables de comprendre.

_________________
Messages : 146
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/01/2017
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://astronaut.forumactif.com
// Dim 10 Mar - 10:19
allen était une violence à lui seul. une passion violente qui se déchaînait à chaque reproche, chaque hurlement, chaque claque et poing échangé. toutes les portes claquées, en laissant derrière l'amour avec un grand A, éclater en sanglot devant la peur d'un amour brisé; tout ça, c'était que des conneries. c'était que des conneries partis de rien, qui ont fini par tout gâcher et tout diviser. ce n'était plus les mêmes sourires, les mêmes attentions, les mêmes baisers sauvages d'avant. c'était de la courtoisie.

les mains sur la tête, penchée, peter se morfondait, installé dans un coin étroit de la pièce où ils résidaient ensemble auparavant. il ferma les yeux et se souvint.

posés sur la terrasse d'un café, c'était un jour de soleil rare à paris. après les cours, après le travail, les deux amants s'étaient donnés rendez-vous pour prendre une pause. tandis que peter était sur son portable en sirotant sa tasse trop chaude, allen le regardait.
"qu'est-ce que tu veux?", lâcha soudainement le blond. "tu me tournes autour depuis longtemps. on se connaît même pas de base."
"je sais pas.", répondit immédiatement l'autre sans lâcher son smartphone., "et toi?"
allen hésita. "tu m'aimes?"
le français verrouilla sa tête et observa le visage d'Allen, pris dans ses pensées.
"c'est pas que je t'aime. c'est juste que j'te veux."

l'anglais se leva pour l'attraper par le col et l'embrassa.
ces mots avaient suffi à déclencher leurs fiançailles.
ça avait été le début de la fin.

_________________
Messages : 146
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/01/2017
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://astronaut.forumactif.com
//

Contenu sponsorisé
blissful misery ๑ iain
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: